|     | Recherche avancée
Imprimer cette page

La photographie de chantier
01-03-2017



La photographie de chantier
©RMN – Grand Palais

La photographie de chantier était souvent liée à une commande publique, bien que des photographes amateurs aient aussi parfois été intéressés par le sujet. Parmi les exemples les plus célèbres il faut citer l’album de l’Anglais Philipp Henry Delamotte (1821-1889), qui documente la reconstruction du Crystal Palace à Sydenham de 1852 à 1854, et celui de l’atelier parisien Delmaet et Durandelle, dans lequel sont réunies une centaine de planches réalisées entre 1865 et 1872 avec des vues des différentes phases de construction de l’Opéra de Paris par Charles Garnier, de même qu’un grand nombre de sculptures et d’ornements décoratifs de l’édifice.

Durandelle n’était pourtant pas le seul à s’être attelé à cette tâche, d’autres – dont beaucoup d’anonymes – s’étaient rendus régulièrement au Champ de Mars ou à la colline de Chaillot pour fixer le souvenir de l’avancée des travaux. Durandelle avait probablement été chargé par Gustave Eiffel (1832-1923) de la documentation du chantier – malheureusement aucune pièce n’est là pour corroborer cette thèse – et ses vues seront réalisées avant tout dans un but administratif et documentaire. Mais si beaucoup de ces photographies présentent une vue frontale de l’élévation de la tour, étage par étage, des fondations jusqu’au sommet, d’autres, prises depuis les échafaudages et qui sont parmi les plus originales, nous montrent un enchevêtrement de poutrelles en fer rappelant des compositions presque abstraites. Quelques ouvriers en conversation ou en train de marcher apparaissent au milieu des structures métalliques. C’est ce dédale de poutres en métal et la capacité de l’appareil photographique à reproduire la complexité de la structure de l’échafaudage qui ont dû fasciner le photographe, au-delà du côté purement documentaire et utilitaire des images. Une partie des photographies de Durandelle serviront à illustrer un ouvrage de luxe intitulé La Tour de 300 mètres, publié en 1900 par Eiffel à cinq cents exemplaires, sans toutefois que le nom du photographe soit mentionné.

La photographie de chantier

©Collection privée



Pour visualiser les archives des objets du mois